Cave coopérative

Ouveillan sur Europe 1 ce samedi

La radio Europe 1 fait la part belle aux plaisirs de la table chaque samedi, de 11 h à 12 h 30, avec l’émission présentée par Laurent Mariotte, « La table des bons vivants« .  Vers 12 h 10, la chronique « vins » évoquera Ouveillan et ses Vendanges du Cœur.  Sur la bande FM, 94.1.

Le bilan « Courir pour un regard » 2021

Photo: Mairie Ouveillan

La 11e édition de Courir pour un regard a été bouclée en cette mi-décembre par une remise de chèque à la Fédération des aveugles et amblyopes de France (FAF-Languedoc Roussillon). Une cérémonie qui s’est déroulée au caveau de la cave coopérative Néotera, partenaire historique de l’événement.

En présence des partenaires, soutiens, bénévoles, le club Kiwanis Gruissan Terres d’Occitanie, organisateur de la course, est revenu sur le rendez-vous 2021, qui a marqué le retour sur le terrain après une année « blanche » pour cause de crise sanitaire. 150 coureurs (et coureuses), 240 marcheurs (et marcheuses) et l’appui financier des sponsors ont permis de récolter 6 000 euros. Le chèque a été remis à Pierre Petit, directeur de la FAF, et à Sophie Rigaud, sous-directrice, qui ont fait une démonstration du matériel d’aide aux enfants malvoyants et non-voyants, matériel dont l’acquisition sera possible grâce au don ouveillanais. Claire Pelle, président du Kiwanis Gruissan, s’est félicitée du succès de l’édition 2021 et du travail accompli par la FAF/LR.

Les partenaires privés, mais aussi la Région, le Département et le Grand Narbonne, les communes d’Ouveillan et Sallèles-d’Aude, sans oublier les bénévoles et l’artiste Anne-Marie Piombo (qui crée chaque année le trophée féminin), sont d’ores et déjà partants pour 2022.

Vendanges du Cœur : 30 500 euros pour les Restos

Crise sanitaire oblige, les Vendanges du Cœur n’ont pu organiser leur traditionnelles enchères cette année. Cependant, une cuvée spéciale sélectionnée par la cave Néotera, le chef Gilles Goujon et son sommelier, a été proposée aux partenaires de l’opération et à de nouveaux maillons de la chaîne de solidarité.

Lors d’une sympathique réception qui réunissait les acheteurs, le chèque représentant les bénéfices de la vente de 4000 bouteilles illustrées par Zep a été remis à Romain Colucci.

Photo: Mairie Ouveillan

Le bureau des Vendanges du Cœur, Jean-Paul Chaluleau, Bernard Pitié et Francis Taillades, les responsables de Néotera, Hugues Banon et Bruno Dura, ainsi que Gilles Goujon étaient présents autour de lui pour ce don bienvenu en pleine campagne d’hiver des Restos du Cœur. En 26 éditions, les Vendanges d’Ouveillan ont récolté plus de 1,6 million d’euros pour l’association chère à Coluche. « Vous êtes les premiers donateurs de l’Aude et une des plus anciennes manifestations nationales pour les Restos » a précisé Romain Colucci.

A noter que 300 bouteilles de cette cuvée d’exception 2021 sont en vente au caveau Néotera depuis le 14 décembre au tarif unique de 13.50 € la bouteille.

Photos: Mairie Ouveillan

Le primeur célébré à Néotera

La cave coopérative Néotera a fêté selon la tradition, la sortie de la première cuvée 2021, le célèbre primeur !

Dans une belle ambiance, les châtaignes grillées avec soin par les vignerons ont régalé les palais, en accompagnement du nectar promis. Un point restauration complétait la soirée, qui a réuni de très nombreux convives dégustateurs. L’étiquette de la cuvée a été réalisée par Yvan Ripolles, et apporte une touche colorée à ce début d’automne. La fête a été belle pour un primeur plein de saveurs !

Didier Mouly en visite à la cave

La cave coopérative Néotera a accueilli ces derniers jours, le maire de Narbonne (et président du Grand Narbonne) Didier Mouly, pour la traditionnelle visite des vendanges. Accompagné de Xavier Bélart, vice-président de l’agglo en charge de l’agriculture et de la viticulture, et du maire d’Ouveillan Jean-Paul Chaluleau, il a été reçu par le directeur Hugues Banon et le président Bruno Dura.

Au cours de la discussion, il a notamment été question de la récolte 2021, de belle qualité mais en baisse « de 30 % environ », le gel ayant impacté le vignoble de Néotera (qui regroupe des vignerons de Narbonne, Sallèles-d’Aude, Ouveillan et Vinassan) de manière significative.

Les Vendanges du Coeur à Ouveillan : une histoire d’amour qui veut continuer de s’écrire. (2/2)

Comment un village comme Ouveillan avec près de 2500 habitants a-t-il pu attirer gratuitement autant d’artistes célèbres pendant 26 ans ? Malgré la pandémie, l’histoire d’amour perdure toujours.

Si 2020 a été une année blanche, l’aventure doit reprendre dès octobre prochain avec une vente aux enchères de fûts de vin, une cuvée spéciale et un repas concocté pour les partenaires par le chef trois étoiles Gilles Goujon. Un homme des premiers jours. Romain Colucci, le fils de Coluche, devrait être également présent. D’autres artistes pourraient l’être aussi. Bernard Pitié et Jean-Paul Chaluleau sont toujours à la manœuvre.

En 2022, il sera peut-être proposé un nouveau spectacle. « Nous pourrions dès lors être prêts pour mettre sur pied un autre évènement » confie Bernard Pitié. Certes plus intimiste puisque les normes de sécurité ont beaucoup évolué et il serait impossible, sans prendre de risque majeur, d’accueillir 4 à 5 000 spectateurs et d‘assurer le stationnement des véhicules.

Mais revenons en août 1996. Le concert de Frédéricks-Goldman-Jones, le 4 août 1995, a été un gros succès malgré une pluie continue. Cet été 1996, c’est Francis Cabrel, avec son album « un samedi soir sur la terre », qui vient enchanter le ciel ouveillanais et 5 000 spectateurs. La capacité maximale. Avant le spectacle, la désormais traditionnelle vente aux enchères a lieu à la Grange de Fontcalvy. L’artiste y participe et mieux encore achète un fût… qui ne rentre pas, bien entendu, dans sa voiture. Fort heureusement mais il ne le sait pas, l’achat du fût est symbolique. 300 bouteilles lui seront livrées ensuite.

L’émotion à fleur de peau de Cabrel

Le concert peut donc débuter et il ne pleut toujours pas. Place à deux heures de bonheur. Ce spectacle doit se terminer, ce soir-là, par la traditionnelle « chanson des restos » mais les spectateurs veulent autre chose. Entendre en live « les Chevaliers Cathares » qui se trouvent « au bord de l’autoroute quand le soir descend… » Soit sur les hauteurs de Narbonne, en direction de Toulouse. A 12 km de là !

Francis Cabrel s’exécute de bonne grâce alors que ce morceau ne figure pas à son répertoire cette année-là. Il en oubliera même de chanter la « chanson des restos » mais peu importe, la magie avait opéré.

Le repas d’après concert, qui réunit plus de 300 participants, artistes, musiciens, bénévoles, partenaires, pompiers, gendarmes… est lui aussi émouvant et les au revoir sont déchirants entre Francis Cabrel et les vignerons. « Même si nous avions le cahier des charges, nous pouvions rarement le respecter. Les artistes se changeaient dans nos maisons, certains y dormaient une ou deux nuits suivant leurs heures d’arrivée et de départ. Mais notre volonté, toujours partagée par les bénévoles, était de rester naturels et les artistes se fondaient alors dans le moule. Calogero, un jour, nous a donné une seule condition pour son retour. Celle de savoir s’il y aurait une grillade après le concert. Il appréciait également le vin d’Ouveillan » se souvient Francis Taillades, un des créateurs des Vendanges du Cœur.

Pascal Obispo, Patricia Kaas, Yannick Noah, Marc Lavoine, Gérard de Palmas ou Patrick Bruel ne vont pas tarder à entrer en scène et Goldman d’y revenir.

Photo et article l’Indépendant du 22/08/21

Les Vendanges du Cœur à Ouveillan : 26 ans de bonheur et de générosité. (1/2)

Crise sanitaire oblige, les grands rendez-vous musicaux ont quasiment disparu du paysage. L’occasion de revenir sur l’une des plus fabuleuses aventures humaines et artistiques, les Vendanges du cœur, qui ont durant 26 ans fait le bonheur de milliers de fans des artistes français les plus en vue sous le signe de la générosité et du partage…

Le 4 août 1995, au milieu des cuves de la cave coopérative d’Ouveillan, commence une belle histoire d’amour entre une poignée de bénévoles amoureux fous de leur village et une pléiade d’artistes qui vont enchanter les 20 étés suivants. Ce soir-là, sur les coups de 21 heures, c’est un trio magique, Frédéricks-Goldman-Jones, qui régale les 4 000 spectateurs et lance cette aventure. Mais c’est en décembre 1992, au Parc des Expositions de Narbonne, qu’elle a vraiment débuté.

En septembre de cette année-là, de terribles inondations ravagent Vaison-la-Romaine, Nîmes mais également la Haute Vallée de l’Aude. La ville de Narbonne est aussi touchée par les pluies diluviennes. Les médias traitent la catastrophe mais pas de la même manière. D’ailleurs, un article dans « le Monde » titre : « les oubliés de l’Aude. »  Un concert est organisé à Narbonne au profit des sinistrés. Jean-Jacques Goldman y participe. Jean-Paul Chaluleau, journaliste à l’Indépendant et résident ouveillanais, aujourd’hui maire de la commune, connaît déjà l’artiste. Il le rencontre à nouveau et le courant passe de suite.

C’est une bonne idée ! Non c’est une belle idée

En 1993, Francis Taillades et Bernard Pitié, respectivement président et directeur de la cave d’Ouveillan, touchés par ce geste de générosité, souhaitent donner une vigne au chanteur. Celui-ci, en tournée, fait un détour de Perpignan où il donne un concert et rencontre les deux hommes. Jean-Paul Chaluleau est à la manœuvre. C’est déjà un 4 août. Celui de 1994. Plus qu’un symbole. « Une vigne ? Je suis un nanti. J’ai tout ce qu’il faut. On pourrait plutôt l’offrir à une association », propose Goldman.

L’artiste est déjà engagé avec « les Restos du Cœur ». Le choix se porte évidemment sur cette association chère à son créateur Coluche. « Ok, Jean-Jacques, nous, on fait une cuvée pour les restos » s’engagent les viticulteurs. Une poignée de mains, des sourires, le contrat moral est conclu. Goldman sort ensuite de la cave, regarde les environs, les cuves, les rues avoisinantes et dit : « et moi, je vous fais un concert. C’est là qu’il faut le faire ! » Jean-Paul Chaluleau lui répond : « c’est une bonne idée ». Le chanteur le corrige : « non, c’est une belle idée ! »

En mai 1995, Goldman revient, de fait, à Ouveillan pour planter la vigne en compagnie de Véronique Colucci et des enfants de l’école du village. La belle idée est désormais enracinée. Il reste encore quelques semaines à attendre.

Une pluie diluvienne 

Nous sommes donc le 4 août 1995. Il pleut sans discontinuer depuis le matin. L’orage est stationnaire au-dessus d’Ouveillan. La veille, Francis Taillades et quelques hommes forts sont partis chercher les gradins prêtés par la commune de Chalabre et transportés dans une semi-remorque louée pour la circonstance. Ceux-ci sont montés sans anicroche. Le drame de Furiani est encore dans toutes les mémoires.

Pendant ce temps, les bénévoles, 80 personnes environ, les viticulteurs d’Ouveillan et leurs épouses notamment, préparent la scène, les repas et les grillades, la vente aux enchères, l’accueil, la sécurité… Les places du concert ont toutes été vendues en quelques jours. Quelquefois pourtant, certaines personnes demandent si vraiment ce sont les vrais artistes qui viennent chanter ou des sosies.

Francis Taillades s’étonne encore aujourd’hui de l’énorme travail assuré par les bénévoles inexpérimentés et pourtant hyperpolyvalents, de l’état d’esprit qui règne ce jour-là et de la simplicité des rapports avec les artistes : « cette pluie, ce n’était vraiment pas de chance. Il nous a fallu trouver des parasols et toutes autres sortes de protection pour abriter les spectateurs. N’importe quel artiste aurait annulé le concert. Mais pas lui ! C’était inoubliable. » L’aventure prend son envol et l’année suivante, Francis Cabrel va poursuivre le voyage.

Photo et article l’Indépendant du 21/08/21