Jean-Antoine Villegas, Conseiller délégué d’Ouveillan: « retrouver une vie dynamique »

Afin de mieux faire connaissance avec les cinq adjoints et les deux conseillers délégués à la mairie, nous vous les présenterons au fil des semaines. Aujourd’hui : Jean-Antoine Villegas, délégué aux « travaux de voirie confiés aux entreprises »… et bien plus.

Quelle a été votre motivation pour vous présenter aux dernières municipales?

Comme tout contribuable soucieux de l’avenir de son environnement, c’est avec dévouement et passion que je voulais participer à redonner à Ouveillan son image, sa place, son envergure et l’ambition d’un village de 2600 habitants qui mérite de retrouver une vie dynamique, basée sur le lien social, la solidarité et la convivialité. De plus, pendant la campagne municipale, les attentes des Ouveillanais exprimées par le retour des questionnaires confortaient, en moi, l’idée que je me faisais de la situation et la nécessité de transformer ces souhaits en projets, puis en réalité. C’est avec cohérence que j’ai porté une réflexion sur la conservation de ce qui fonctionne, la mise en valeur de ce qui existe, et nous tous, sur la construction d’un meilleur vivre ensemble. S’il y a des engagements pour asseoir une carrière professionnelle ou pour servir de tremplin à des ambitions politiques, le mien restera des plus sobres, seulement pour Ouveillan.

Délégué aux « travaux de voirie confiés aux entreprises », dans quel domaine intervenez-vous principalement ou indirectement?

Depuis notre investiture, il a fallu faire preuve d’adaptabilité et rapidement. A chaque conseil municipal, il m’a été confié une responsabilité supplémentaire: au Syndicat intercommunal de voirie de la région de Ginestas, au Syndicat audois de l’énergie et du numérique, à l’Association syndicale agrée de l’Aude, aux communes forestières, aux énergies renouvelables et à la géothermie.

Je suis aussi très investi à l’urbanisme, où la sollicitation est importante tant le village s’agrandit, puis également, impliqué à l’agriculture et à l’environnement ; j’interviens tous les jours sur des problèmes de vie quotidienne ou de sécurité routière. De plus, je ne suis pas en reste sur les sujets culturels ou patrimoniaux.

Quel bilan tirez-vous de cette année assez particulière vu le contexte sanitaire?

Malgré la crise sanitaire et au-delà de nos espérances, c’est avec détermination que nous avons pu avancer dans les nombreux chantiers engagés, avec l’obsession permanente de la maîtrise des coûts, tant l’aspect financier de notre commune reste un gros frein à nos projets. A ces frustrations, le regard pessimiste ne verra que le travail qu’il reste à faire, quand l’optimiste a vu tout ce qui a déjà été fait en un an.

En conclusion que souhaitez-vous pour la commune dans les 5 ans à venir?

Je voudrais tant que le bien vivre ensemble soit porté au plus haut niveau, que les voiries et infrastructures soient d’un état irréprochable, avec un groupe scolaire doté d’une cantine flambant neuve, des nouveaux équipements sportifs et de loisirs, etc.

Cependant, le réalisme et l’altruisme se porteront d’abord sur une œuvre invisible mais nécessaire : l’assainissement financier de notre commune.

Article de l’Indépendant du 22/05/21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.