Commémoration et médaille pour le 8 Mai

Photo: La Com – Mairie Ouveillan

La commémoration de la Victoire de 1945 s’est déroulée en deux temps. D’abord au Carré militaire avec un dépôt de gerbe conjoint avec le Bataillon Minervois.

Photo: La Com – Mairie Ouveillan

Puis au monument aux Morts, avec la population et la participation musicale de l’UMO. Après le dépôt de gerbe, le maire et les élus ont mis à l’honneur un Ouveillanais, Jean-Michel Valéry.

Déjà décoré de la médaille de la Défense nationale avec agrafe (pour mission d’assistance extérieure), de la médaille de l’ONU (au service de la paix), de la médaille de l’outremer avec agrafe (Liban), de la Reconnaissance de la Nation avec agrafe (opérations extérieures), de la Croix du combattant, il a reçu en ce 8-Mai, de la part de la France, une nouvelle distinction : la Croix du combattant volontaire, au titre des opérations extérieures pour son engagement au Liban en 1985, au sein du 6e Régiment de Génie d’Angers.

« Je vous félicite chaleureusement, avec fierté, la même fierté que ressent Ouveillan ! » a conclu le maire, au pied d’un monument aux Morts qui a entamé sa mise en valeur, à la satisfaction de toutes et tous. Un apéritif convivial, précédé d’une Marseillaise interprétée par l’UMO, a réuni de nombreux Ouveillanais à la salle des fêtes.

L’UMO jouant la Marseillaise dans la salle des fêtes
Message de Monsieur Sébastien LECORNU, ministre des Armées et de Madame Patricia MIRALLES, secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et à la Mémoire:

« 8 mai 1945, il y a 78 ans : l’Allemagne nazie capitule devant les Alliés réunis à Berlin. C’est la Victoire.

Ce jour-là, les forces de la liberté triomphent non seulement contre une armée, mais aussi contre une idéologie qui écrasait l’Europe et la liberté de ses peuples. Après six années de guerre, l’écho de l’Armistice se répand partout sur le continent, apportant aux peuples la joie de la Libération, et la fierté d’avoir vaincu.

Après six années de terreur, la lumière se lève enfin sur tout un pays, révélant à la fois l’opprobre de ceux qui ont collaboré, et le courage de ceux qui ont résisté pour permettre la Victoire.

Il y a 80 ans, l’année 1943 fut une année terrible. La répression s’accroît, l’extermination des Juifs d’Europe et des opposants au régime nazi bat son plein. Pourtant, le cours de la guerre change. A l’Est, les armées nazies ont perdu la bataille de Stalingrad. Au sud, les Alliés ont débarqué en Afrique du Nord. Ils le feront bientôt en Italie. La Corse est libérée en septembre. Nos outre-mer se distinguent dans les trois océans et notamment dans les Antilles et en Guyane par la Dissidence opposée à Vichy. La deuxième division blindée du général Leclerc est créée, elle débarquera quelque mois plus tard en Normandie, avant de libérer Paris, puis Strasbourg. Il n’y a plus une parcelle de notre territoire où l’on ne compte de résistants à l’occupant.

Chacun peut ressentir que le destin des armes a basculé. Même si la lutte sera encore longue : « L’épreuve présente n’est pas terminée, mais voici qu’au loin se dessine la fin du pire drame de notre histoire », indique le général de Gaulle aux Français libres et aux Français occupés dans son message du 14 juillet 1943.

La Résistance s’unit partout en France, et, sûre de l’issue finale du combat, s’engage dans l’élaboration de ce qui réunira les Français après la guerre. Les ombres qui pèsent sur le destin de la Nation s’éclaircissent assez pour qu’un dessein pour la France d’après-guerre puisse commencer à être tracé.

Avec la fin du conflit apparaissent de nouveaux défis pour reconstruire l’Europe, pour renouer avec la démocratie et pour soutenir nos soldats qui poursuivent le combat dans une guerre qui n’est pas encore achevée en Asie. Il faudra enfin tirer les conséquences des échecs militaires de 1940 pour renforcer les armées de la France face aux menaces qui la visent. Hier comme aujourd’hui, c’est un combat que nous ne devons pas perdre de vue.

Avec la Victoire, vient aussi le retour des prisonniers, des déportés et la longue attente de ceux qui ne reviendront pas, ayant sacrifié leur vie pour notre liberté. Enfin, il y a tous ceux que plus personne n’attend, car ils ont été déportés par familles entières dans des convois vers l’Est, qu’un holocauste achevait. Ecoutons les survivants et les vétérans qui nous transmettent la mémoire de leurs compagnons, pour que leur témoignage ne disparaisse pas avec eux et qu’il inspire ceux qui s’imaginent leur liberté pour définitivement acquise.

Souvenons-nous enfin du sang versé : il fut le prix de notre liberté. Mourir pour que d’autres puissent vivre libres : c’était le prix exorbitant dont plus de 10 millions de soldats alliés se sont acquittés. Un prix qui, hier comme aujourd’hui, augmente à chaque renoncement, à chaque fois que nous oublions notre passé.

Au bout, le 8 mai 1945 offrit la plus grande gloire du monde aux femmes et aux hommes qui n’avaient pas cédé. La Victoire leur offrit la liberté.

Vive la République.

Vive la France.”

Commémoration et médaille pour le 8 Mai Lire la suite »

Mise en valeur du monument aux morts

Le monument aux morts pacifiste d’Ouveillan a été inauguré en 1927 par Albert Sarraut, Maurice Sarraut et Léon Blum. Il s’agit d’une œuvre conçue par le sculpteur sallèlois René ICHÉ pour honorer la mémoire des victimes de la Première Guerre mondiale.

La sculpture intitulée « Le Souvenir », est inscrite au titre des monuments historiques depuis le 18 octobre 2018, pour sa valeur architecturale, artistique et historique. En janvier 2022, l’équipe municipale dans son souhait de le remettre en valeur a naturellement consulté l’U.D.A.P 11 (Unité Départementale de l’Architecture et du Patrimoine). 

Quelques pistes furent abordées :

-Traiter le crépi du mur arrière aux couleurs Terre d’Ouveillan.

-Déplacer les plaques commémoratives de 39-45 et d’Algérie.

-Procéder à un nettoyage du monument.

-Redorer les noms des soldats morts pour la France. 

Aujourd’hui, après obtention de l’accord du propriétaire du mur arrière, un échafaudage a été installé pour faire un diagnostic précis de l’état du crépi et évaluer les travaux à effectuer. Avec les nouveaux éléments recueillis, les différents acteurs se retrouveront début 2023 pour les entériner.

L’UDAP et le Pôle Architecture et Patrimoines de la D.R.A.C, participent à la promotion de la qualité patrimoniale, architecturale et urbaine, ainsi qu’à la conservation et à la valorisation du patrimoine monumental ou remarquable. Ils veillent donc à la préservation et à la mise en valeur de notre monument historique comme des abords de celui-ci.

Le Souvenir Français et les Anciens Combattants se sont proposés à apporter leur soutien financier à ce projet.

L’association d’insertion FOR.C.E (Formation Cap Emploi) qui intervient sur des chantiers en neuf, réhabilitation ou sur des ouvrages classés monuments historiques, sera à la réalisation de certains travaux.

Plus d’infos sur le monument

Mise en valeur du monument aux morts Lire la suite »

Cérémonie de commémoration du 11 nov 22.

L’armistice de 1918, signé le 11 novembre 1918, met provisoirement fin aux combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918).

À cette occasion, une commémoration aura lieu le 11 novembre à partir de 10h45

10h 45 : Cérémonie au Carré militaire avec le Bataillon Minervois. Dépôt de gerbe par M. le Maire accompagné d’élus

11h 10 : Départ du cortège de la place de la mairie, vers le monument aux Morts.

11h 15 : Cérémonie au monument aux Morts avec les chants des écoliers d’Ouveillan. Dépôt de gerbe par M. le Maire accompagné d’élus

11h 45 : Apéritif offert par la municipalité: salle du 3ème âge, place Carnot.


Message conjoint de Monsieur Sébastien Lecornu, ministre des Armées et de Madame Patricia Miralles, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire:

La nouvelle de la Victoire se répand à la volée dans tout le pays, de clocher en clocher. L’écho du clairon vient d’annoncer la fin d’un conflit qui a éprouvé le monde et décimé les Hommes. La fureur du canon s’est enfin tue, couverte par un immense éclat de joie.

11 novembre 1918, il est 11 heures : c’est l’Armistice.

Pour des millions de soldats venus du monde entier, c’est la fin de quatre terribles années de combat. Le soulagement est immense. La guerre est finie, mais pour les survivants commence un funeste décompte, celui d’un million quatre cent mille soldats français tombés au champ d’honneur, de quatre millions de nos militaires blessés ou mutilés, ces braves aux « gueules cassées » qui plongent la Nation entière dans l’effroi et l’émotion. Le traumatisme est mondial. En tout, ce sont près de 10 millions de soldats qui ont été tués, 3 millions de veuves et 6 millions d’orphelins. Les morts sont presque aussi nombreux parmi les civils. Ceux qui sont revenus des combats racontent la puanteur des tranchées et le fracas des obus. Ils expliquent la peur avant les charges, le courage qu’il faut pour sortir des abris et donner l’assaut aux lignes ennemies sous la mitraille. Ils disent l’horreur du spectacle de leurs frères d’armes qui tombent à leurs côtés.

Souvenons nous de leur bravoure et de leur sacrifice. Commémorons ces soldats dont les noms doivent rester gravés dans nos mémoires comme ils le sont sur nos monuments aux morts, dans les villes et les villages de France, dans l’Hexagone comme dans les Outre-mer.

Souvenons nous des soldats venus d’Afrique, du Pacifique, des Amériques et d’Asie, de ces soldats alliés venus verser leur sang pour la France, et défendre avec nous la liberté sur une terre qu’ils ne connaissaient pourtant pas. Le sacrifice de nos Poilus nous oblige, il nous rappelle que la Paix a un prix, et que nous devons être désormais unis avec ceux qui étaient hier nos adversaires, car « ce n’est qu’avec le passé qu’on fait l’avenir », écrivait Anatole France.

Ce souvenir, ce sont les jeunes générations qui doivent désormais s’en emparer, pour venir raviver la flamme de la mémoire de ceux qui sont morts pour la France, pour notre liberté. C’est la reconnaissance que la Nation doit à ses combattants, à ceux qui sont tombés et à ceux qui ont survécus.

Aux combattants d’hier et à ceux d’aujourd’hui, comme à leurs familles et ayants droit, la Nation doit continuer d’assurer réparation, reconnaissance et droit, comme l’a voulu le Président de la République.

Cette année nous honorons deux soldats morts pour la France au Mali : le maréchal des logis chef Adrien Quélin et le brigadier-chef Alexandre Martin. Honorons leur sacrifice et celui de tous les soldats qui ont versé leur sang pour la France.

Le monde était convaincu en 1918 que la Première guerre mondiale devait être la « Der des der », la dernière des dernières. Nous savons ce qu’il advint de cet espoir et aujourd’hui, en ce 11 novembre 2022, alors que la guerre est de retour sur notre continent, n’oublions pas le combat des Poilus pour la Paix et le sacrifice de nos soldats morts pour la France.

Vive la République ! Et vive la France !

Cérémonie de commémoration du 11 nov 22. Lire la suite »

Cérémonie de commémoration du 11 novembre 21.

Commémoration du 11 novembre à Ouveillan:

11 h 00 : Cérémonie au Carré militaire avec le Bataillon Minervois. Dépôt de gerbe par M. le Maire et le conseil municipal

11 h 30 : Départ du cortège de la place de la mairie, vers le monument aux Morts.

11 h 45 : Cérémonie au monument aux Morts en présence de l’UMO. Dépôt de gerbe par M. le Maire et le conseil municipal

12 h 15 : Apéritif tricolore à la population: salle des fêtes.

Cérémonie de commémoration du 11 novembre 21. Lire la suite »

Le 14 Juillet célébré…

Photo Com Mairie Ouveillan

Malgré une météo capricieuse, les festivités du 14 Juillet ont été suivies et appréciées. Le 13 juillet, la retraite aux flambeaux a rassemblé un cortège d’enfants et de parents, précédé par l’Union musicale Ouveillanaise (dirigée par Laurence Fraisse) et clos par une délégation du Bataillon Minervois.

Place Carnot, la Marseillaise a retenti, avant de la DJ Rhum-Jé ne prenne le relais avec sa musique entraînante. La buvette de l’AOCS a agrémenté le rendez-vous.

Le 14 Juillet, deux cérémonies étaient programmées : la première au Carré militaire, la seconde au monument aux Morts. Les deux lieux de souvenir ont été fleuris.

Photo Com Mairie Ouveillan

Au Carré militaire, un hommage a été rendu aux combattants ouveillanais. Au monument aux morts, l’accent a été mis sur la solidarité, le sens des valeurs de la République et les remerciements à « celles et ceux qui restent debout pendant la crise sanitaire ».

Ala salle des fêtes, un apéritif a clos la matinée de commémoration et d’unité.

Le 14 Juillet célébré… Lire la suite »